Nadège QUEUNIET

Nadège QUEUNIET

Petite, je suivais mes parents dans les représentations de leur groupe folklorique de Normandie, les Triolettes de Villedieu les Poëles, spectacles dans lesquels j’ai petit à petit pris ma place en tant que danseuse. Au bout de quelques années, j’en ai eu assez de danser toujours les mêmes danses et j’ai manifesté le désir d’apprendre à jouer les musiques. Le groupe m’a donc envoyé faire un stage de vielle à roue et d’accordéon diatonique. J’avais 14 ans et j’ai connu mon premier coup de foudre. L’accordéon était fait pour moi.

Très rapidement mes parents m’ont amenée dans un atelier de danse à Ver (50), animé par Louis Lebellanger, violoneux, accompagné de Mimile et Mémène à l’accordéon. Invitée dès mon arrivée à jouer avec eux sur scène, j’ai du apprendre les morceaux à la volée. J’ai continué à suivre des stages avec différents accordéonistes (Bruno Letron, Stéphane Milleret, Norbert Pignol, Jac Lavergne, Frédéric Paris, Jean Pierre Yvert…), et j’ai suivi des ateliers de violon traditionnel animés par Pierre Boissel à Caen.

Puis j’ai rencontré Martial Pardo qui venait de créer l’association NADIR. Martial m’a invitée à enseigner l’accordéon diatonique, j’avais 18 ans, et depuis j’ai toujours consacré une partie de mon temps à l’enseignement (association Nadir, devenue plus tard Archipels, association Art Syndicate, école de musique de Mortain, association deux temps trois mouvements, Musique Expérience et depuis quelques années Tandem à Caen).

Martial Pardo m’a aussi conviée à rejoindre la troupe Les Quasimodaux, avec laquelle j’ai arpenté bon nombre de scènes, et qui m’a permis de rencontrer une bonne partie de la jeune scène musicale Caennaise. Bon nombre des musiciens de cette troupe, alors étudiants, sont devenus par la suite professionnels de la musique.

Mon ancrage dans la musique traditionnelle m’a fait rencontrer Benoît Viquesnel, qui dirigeait le groupe OFNI (musique traditionnelle de Normandie), dans lequel j’ai remplacé Patrick Lecoq. Après une tournée aux Etats Unis et au Québec nous avons enregistré notre premier album. Première expérience pour moi, et première rencontre avec Stéphane Devineau, invité sur quelques titres. OFNI m’a aussi amenée sur des scènes importantes, la plus importante pour moi étant celle de St Chartier (festival des maitres Sonneurs).

Toujours dans la suite de ma rencontre avec Louis Lebellanger, j’ai participé à créer l’association La Loure (Musiques et Traditions Orales de Normandie) en 1998. Cette association est toujours très ancrée dans le paysage Normand et travaille à collecter le répertoire traditionnel et le rendre visible. J’interviens toujours régulièrement, dans le cadre de randonnées chantées, de stages, et depuis 2020 nous avons monté un concert autour du cousinage avec l’amérique du Nord francophone, sous le titre Joli Gris Jaune (album à venir en juin 2022).

En parallèle, j’ai croisé la route de Séverine Lebrun et Julien Costé, avec lesquels nous avons monté le groupe « La Bastringue » (Trad Métissé) et l’association Art Syndicate. Avec Séverine, nous avons aussi joué pendant plus de 15 ans avec le groupe Zikfa (Musique à voir, spectacle Passe moi le Temps…).

De rencontres en rencontres toujours, j’ai joué dans un groupe de chanson française (Le Jour du Corbeau), participé à des spectacles coups de poings (Les Jyfoutou, deuxième rencontre avec Stéphane Devineau), accompagné des pièces de théâtre, créé un trio de chansons de Normandie (Philomène)…. Depuis 2004 j’accompagne très souvent la conteuse Marie Lemoine (Magnanarelle) sur des spectacles tout public (J’y vois le village, contes roumains, Le Clairon, Sidonie Corbin…) et jeune public (Le Loup..pas peur, Peau d’âne, Contes pour petites oreilles…).

Une autre partie de mon activité depuis 2004 est la médiation culturelle, principalement en milieu hospitalier. J’avais alors été invitée par l’association Archipels à participer à un projet Culture à l’Hôpital (devenu plus tard Culture-Santé). Après quelques années d’interventions, principalement autour du répertoire chanté de Normandie, j’ai suivi la formation longue Musique et Santé, qui m’a conforté dans mon envie de travailler avec ce public.

Je travaille aussi régulièrement avec des partenaires institutionnels (Orchestre de Normandie) et associatifs (animation de stages d’accordéon diatonique)

Mon retour sur Caen en 2015 m’a permis de croiser à nouveau Stéphane, puis Rivo et de débuter l’aventure de Manigale, qui mêle pour moi à la fois le retour aux sources (la musique à danser) et la somme de toutes mes expériences. C’est l’aventure, et j’aime ça…